Voilà , j’ai prêté serment en tant que conseillère CPAS ce mardi 8 janvier 2019. Tout simplement, devant le bourgmestre, le directeur général, et les autres conseillers. « Je jure de m’acquitter fidèlement des devoirs de ma charge ».

Quel programme ! J’ai beau retourner cette phrase dans tous les sens et je la trouve justement fort vide de sens. C’est pourquoi, je vous propose une autre version de prestation de serment, une version qui exprime beaucoup plus la nature profonde qui m’anime et que chacun d’entre-nous peut faire sienne.

« Je choisis de vivre par choix, pas par hasard,
d’apporter des changements, pas des excuses,
d’être motivé, pas utilisé,
d’exceller, pas de concurrencer.
Je choisis l’estime de soi, pas la pitié de soi.
Je choisis d’écouter ma voix intérieure, pas l’opinion aléatoire des autres.»
A.I.

Le Centre Public d’Action Sociale comme nous le connaissons aujourd’hui est le fruit d’une longue évolution au cours de l’histoire tant dans sa dénomination que dans sa mission fondamentale du droit à l’aide sociale.

Le travail et la réflexion qui y sont menés au quotidien vont dans le sens de véritables politiques d’actions sociales (on n’est plus dans un modèle d’assistanat), et la notion même de garantir à chacun de vivre dans des conditions respectueuses de la dignité humaine est également en perpétuelle évolution. Chaque personne est un acteur à part entière de sa vie.

Aujourd’hui, nous avons en plus un autre problème à gérer d’urgence : le dérèglement climatique et son impact qui touchera encore plus durement les plus démunis !

Être conseillèr(e) de l’action sociale demande une profonde compréhension de ce qu’est la pauvreté actuelle et de la pauvrophobie qui l’accompagne. Cela demande une capacité de discrétion, de respect, de non-jugement, d’empathie pour toutes les personnes demandeuses d’aide, mais également pour les travailleurs sociaux dont le métier est aussi de plus en plus difficile car touchant à des formes de pauvretés plus impalpables, plus compliquées, plus profondes.

De plus en plus, il faudra faire avec de moins en moins. Moins de moyens, moins de temps, moins de politiques ouvertes, moins de paix dans le monde, moins de foi en l’avenir. Et pourtant il faudra composer intelligemment avec ces plus et ces moins. Et nous aurons besoin de toutes les formes d’intelligences : celles de l’Esprit et celles du Coeur.

Nous, Ecolo & Citoyens, souhaitons pouvoir participer réellement au changement nécessaire via d’une part le développement d’actions locales et, d’autre part, via le biais des différents comités spéciaux. Nous espérons que notre voix minoritaire ne restera pas dans le jeu politique de surface, mais pourra inspirer la majorité en place pour relever le défi de création d’une société plus solidaire. Rappelons les 3 axes prioritaires de notre engagement : la lutte contre l’isolement, l’accès au logement et à l’énergie à prix décent pour tous, l’accès à une alimentation saine. C’est un minimum !

Anne Kympers, conseillère CPAS.

Share This