Nous tenions d’abord à vous réitérer nos remerciements pour cette année 2018 riche en rencontres et en encouragements. Tant de vive voix que dans les urnes.

Sans surprise, 2019 s’annonce serré comme le pull de la majorité. L’année sera chaude tant pour les défis nationaux et mondiaux qui nous occuperont que pour la vie locale et ses projets.

 


Nos propositions 2019

Nous avons déjà dit ce que nous pensions du budget proposé par la majorité. La synthèse de notre analyse est à voir ici : Ohey budget communal 2019 : Le pull est vraiment trop serré !

Un budget communal donne une image de ce que le Collège des Bourgmestre et Echevin.e.s compte réaliser en 2019. Il nous reste donc des propositions à faire :

 

Aide à la dynamisation du monde économique oheytois

Les indépendants sont oubliés des politiques communales tant en termes de subsides éventuels, de communication que d’aides logistiques et juridiques. Le secteur économique est le parent pauvre de ce budget.

Nous proposons une synergie au niveau des moyens de communication entre la commune et les indépendants. Une meilleure mise en commun des ressources doit être trouvée avec les indépendants et les associations.

Nous proposons aussi qu’un mi-temps soit consacré à dynamiser le monde économique oheytois comme cela se passe sur d’autres communes. Cela pourrait être mis en oeuvre soit avec du personnel communal soit via une structure externe.

Nous voudrions que l’association des indépendants soit soutenue financièrement dans la réalisation d’actions de dynamisation puisque ces actions ne sont pas actuellement prises en charge par la commune :

  • faire connaître les commerces, les indépendants
  • assurer la promotion de la vie économique locale
  • trouver des synergies
  • organiser des actions commerciales communes
  • participer au recrutement partagé
  • décoration des vitrines
  • animation de pages Facebook
  • développement de sites internet

 

 

 

Où sont passés les 45.000€ de l’éolien ?

Nous aurions voulu, comme cela avait été prévu lors de la précédente législature, affecter les 45.000€ annuels des taxes éoliennes à la diminution des dépenses énergétiques des ménages oheytois. Il est encore temps d’avoir une politique volontariste sur la question. Rien n’est prévu par la majorité qui annonce que des économies d’énergie seront faites… puisque le toit de la maison communale sera isolé. Cela nous semble peu ambitieux comme volonté de changement. Continuer le changement (énergétique) aurait été d’aider concrètement les Oheytois. Les 45.000€ de plus passent inaperçus dans les frais de fonctionnement quotidiens de la commune (qui augmentent plus que l’inflation). Ce n’était pas le deal de départ lors du vote de la taxe !

Nous proposons donc qu’une réelle politique envers les Oheytois soit mise en place pour chercher de manière proactive les projets d’économie d’énergie les plus porteurs et aider les particuliers à les réaliser (financièrement et logistiquement) avec un budget de 45.000€/an. C’est peu mais mieux que le vide actuel. Nous tiendrons ce point à l’oeil en 2019.

 

 

Evaluer le « pacte d’excellence » et la politique en matière d’enseignement.

Le collège a choisi de participer au projet pilote lié au pacte d’excellence de la Fédération Wallonie-Bruxelles portée par la Ministre CDH Marie-Martine Schyns. Il a choisi également dans ce cadre, d’élargir l’accueil extra-scolaire et de l’étoffer par des cours d’anglais. C’est a priori positif pour nos bambins.

Cependant, le pacte était présenté comme une source de subsides et comme une chance pour la qualité de l’enseignement. Nous constatons qu’un subside supplémentaire de 26.600€ est, en effet, consenti par la Fédération. En revanche, ce sont principalement les Oheytois (+ 95.000€) et les parents (+ 15.000€ de quote-parts) qui financent cette politique ambitieuse.

 

En 4 ans, le coût de l’enseignement à Ohey a bondi de plus de 36%. C’est sans compter les nouveaux investissements pour l’agrandissement de l’école d’Ohey (1.430.000€ dont 580.000€ à charge des Oheytois) qui demandera le déplacement des terrains de tennis (230.000€ dont 57.500€ à charge des Oheytois). En revanche, la fréquentation des écoles est stationnaire voire en baisse.

Puisque la première promesse (les subsides) n’est pas totalement une réussite, les Oheytois sont en droit de se demander si la seconde (l’amélioration de la qualité de l’enseignement) en est une.

Nous avons donc demandé au Collège de réfléchir à des critères pour que tout le monde puissent se rendre compte de l’amélioration des conditions d’apprentissage de nos enfants.

  • Les conditions sont-elles meilleures maintenant qu’il y a 5 ans ?
  • Le seul critère de réussite au CEB est-il pertinent ?
  • Des pédagogies alternatives ou innovantes sont-elles en place ?

Les Oheytois et le groupe Ecolo&citoyens a besoin de réponse sur ce point car les choix politiques devraient être objectivés par des avis techniques et pédagogiques. Il ne suffit pas de prévoir plus d’argent pour développer le bon projet. Nous attendons donc des réponses de la majorité sur ce point.

 

Renégocier les frais de téléphonie !

Il est difficile de tenir un discours qui dit qu’il faut diminuer les frais mais il est indéniable que ces frais sont en constante augmentation sans savoir réellement s’ils contribuent à un meilleur bien-être des Oheytois. Il en va ainsi pour la téléphonie.

Les frais de téléphone et d’internet sont de 17.000€ dans les écoles et de près de 36.000€/an pour l’ensemble de la commune. Il serait intéressant d’examiner l’origine de ces frais et de voir si un nouveau marché public ne doit pas être négocié avec les fournisseurs.

 

Avoir une vision des dépenses de dettes sur 6 ans.

Le Directeur financier de la commune nous dit lui-même que l’augmentation des dépenses de dette (le remboursement des emprunts) sera difficile à budgéter dès 2020. Si tous les investissements promis se réalisent, il s’agit de 140.000€ en plus à absorber (voir analyse du budget).

Il est demandé au Collège de présenter au conseil une vue de l’évolution de la charge de la dette au moins sur trois ans car le budget 2019 est tel qu’il reporte le problème de l’équilibre sur 2020. Il est donc impossible de valider ce budget sans connaître comment la hausse importante de la dette va être financée à l’ordinaire. Autrement dit : sur quel poste devra-t-on faire des économies en 2020 pour trouver 140.000€ en plus pour payer les banques ?

Le Collège nous a répondu qu’il ne fallait pas nous inquiéter car les projets inscrits dans le budget allaient prendre du temps et qu’ils ne seraient pas tous réalisés en 2019. Le Collège a manifestement décidé d’étaler les projets mais de quand même les inscrire tous en 2019 ? Nous comprenons mais nous aurions préféré que le budget présenté colle mieux à la réalité des réalisations.

Nous vous informerons donc régulièrement de l’état d’avancement réels des projets inscrits par la majorité sur l’agenda 2019. 

 

Nicolas GOFFIN, Conseiller communal

Anne KYMPERS, Conseillère CPAS

Share This